18 août 2016

Thérapie par le jeu

Pour les enfants qui éprouvent des difficultés ou expriment par leurs symptômes un mal être, la psychothérapie de face à face peut être source d’angoisse supplémentaire ou être inaccessible si l’enfant est trop jeune.

Or, il est essentiel d’intervenir le plus tôt possible auprès des enfants pour leur permettre de poursuivre leur développement.

La thérapie par le jeu est adaptée aux enfants entre 3 et 10 ans car elle permet un échange immédiat naturel et libérateur.

Symptômes

Un enfant qui ne va pas bien le dit rarement. Il n’y a que les symptômes qui révèlent le mal être de l’enfant.
La thérapie par le jeu est adaptée lorsque l’enfant souffre d’un ou de plusieurs symptômes tel que :
• De l’hyper-activité,
• Des troubles obsessionnels du comportement (TOC),
• Des troubles alimentaires,
• Des problèmes scolaires,
• Des troubles du sommeil,
• Des troubles du langage (bégaiement, dyslexie)
• Des difficultés relationnelles avec les autres enfants (isolement, bouc –
émissaire)
• Des peurs persistantes,
• Des phobies handicapantes,
• Des cauchemars répétés,
• Des comportements agressifs,
• Des maladies répétitives,
• Des états dépressifs,
• Des pleurs inexpliqués.

Le symptôme pour l’enfant est une façon d’exprimer sa souffrance qu’il ne sait pas expliquer

La thérapie va aider l’enfant à résoudre des problèmes inconscients qui le font souffrir et à trouver des solutions psychiques profondes et durables qui permettront aux symptômes de disparaître mais également de régler complètement le conflit psychique. Et ceci est essentiel pour le bien-être à venir de l’enfant.

Ages

Les enfants peuvent être reçus entre 3 ans et 12 ans.

Il est recommandé aux parents d’orienter leur enfant le plus tôt possible après l’observation des symptômes.
La thérapie en sera d’autant plus brève.

Spécificité de la thérapie par le jeu

Le but d’un travail thérapeutique avec un enfant est le même que pour un adulte : c’est d’aller mieux ou de faire disparaître des symptômes pénibles, douloureux ou gênants.
Mais le point de départ et le déroulement sont très différents.
L’enfant ne connait pas son problème ou ne peut pas l’exprimer aussi clairement que l’adulte.
Il n’est souvent pas demandeur de cette thérapie.
C’est par le jeu que l’enfant exprime ce qui le préoccupe et qu’il met en scène ses conflits.
La séance se déroule à partir de ses centres d’intérêt et de son plaisir à jouer.
Le temps et l’intérêt que lui manifeste le thérapeute apportent une motivation complémentaire.
C’est un moment agréable pour l’enfant sans pression et sans objectif formel.
Dès son plus jeune âge, l’enfant utilise le jeu pour symboliser ce qu’il vit. Là où la réalité le met souvent en tant qu’enfant dans une position passive vis-à-vis de l’extérieur, de son environnement familial, de l’école, il peut à travers le jeu renverser la tendance en reprenant un rôle actif.
La thérapie par le jeu lui permet de se réapproprier son histoire en la mettant en scène et en la répétant, de manière codée et symbolique. Cette étape permet à l’enfant d’élaborer, de mettre des mots et une explication sur certains vécus ou sentiments. Le jeu dépasse l’aspect ludique et plaisir pour atteindre un effet thérapeutique.
Les parents sont associés dans la thérapie et favorisent la bonne résolution des difficultés en collaborant avec le thérapeute.
Les changements qui s’effectuent au cours de la thérapie amènent l’enfant à retrouver le cours normal de son développement affectif.

Pourquoi une thérapie par le jeu plutôt qu’une thérapie classique ?

Contrairement à une thérapie classique, où l’enfant entre dans une discussion avec son thérapeute autour de ses problématiques ou de son environnement familial, il n’est pas demandé ici à l’enfant de parler.
Il va seulement jouer.
Le thérapeute joue un rôle non pas de simple observateur ou de compagnon de jeu mais intervient auprès de l’enfant pour lui proposer, à son rythme, des interprétations qui vont permettre d’accompagner le processus d’élaboration et de murissement de l’enfant.
Contrairement aux thérapies dites brèves où le symptôme est traité mais sans résolution des causes profondes, cette méthode, par une analyse et un diagnostic précis effectué par le thérapeute, permet de régler durablement la problématique comportementale ou somatique.
Cette méthode se distingue aussi des approches psycho-éducatives qui consistent à proposer des techniques de relaxation ou à distiller des conseils sur les façons d’agir et de se comporter.

Origine

En France, cette méthode thérapeutique est peu utilisée selon les principes décrits plus haut. En revanche, au Québec, cette méthode a fait ses preuves depuis près de 30 ans dans l’accompagnement des enfants et adolescents.
Michel Bossé, thérapeute, créateur et formateur de l’institut de formation à la psychothérapie par le jeu, a développé au Québec une approche précise et efficace.
C’est cette méthode et sa supervision qui sont appliquées ici.

Types de jeux

Plusieurs types de jeux sont disponibles au choix de l’enfant : figurines, véhicules, maisons, marionnettes, playmobil ®, lego ®, kappla ®, dessin, pâte à modeler …
Tous les supports de jeux favorisent la libre expression et l’élaboration de scénario.
 

Ce qui se passe dans une séance

L’enfant joue à plusieurs ou à un seul jeu, selon sa propre dynamique.
Le thérapeute observe, participe au jeu, commente et propose des mots pour nommer ce qu’il repère. Ces mots permettent à l’enfant de mieux comprendre ce qui lui arrive et à exprimer ses émotions.
Il n’y a pas de temps d’entretien formel avec l’enfant ou de compte rendu de la semaine à formuler.
L’enfant ne reçoit pas du thérapeute de consignes ou de tâches à faire entre les séances.
 

Déroulement / Durée de la thérapie

La première séance consiste en un entretien avec les parents, si possible ensemble, et sans l’enfant.
Ensuite, 4 ou 5 séances sont programmées avec l’enfant seul pour une durée de 45 min chacune, à fréquence hebdomadaire ou à quinzaine.
Au bout des 5 séances, un nouvel entretien avec les parents, sans l’enfant, permet de dresser un premier diagnostic et bilan des premières séances et d’envisager la suite de la thérapie.
Celle-ci peut se dérouler sur une dizaine de séances ou nécessiter davantage de temps en fonction de la complexité du problème soulevé et de la dynamique individuelle et familiale.
Le thérapeute ne raconte pas le contenu des séances qui constituent un espace privé de l’enfant.
Les parents peuvent, entre les séances, appeler le thérapeute pour faire part d’un événement ou d’un élément particulier.

L’importance d’associer les parents

Le travail avec les parents est un axe essentiel de la thérapie. Sans leur contribution, celle-ci ne serait pas aussi efficace et rapide.
Car si le comportement des parents n’est pas toujours la cause du problème soulevé par l’enfant, il constitue en revanche presque toujours un élément important de la solution.
Le plus souvent la problématique de l’enfant provient d’une approche de la réalité tronquée, non acceptée ou incomprise. Le but de la thérapie est d‘accompagner l’enfant vers une vision plus réaliste et objective de la réalité. En cela les parents sont porteurs de messages, inscrits dans le quotidien, qui vont prendre une dimension nouvelle et qui vont résonner avec ceux diffusés par le thérapeute. Les discours du thérapeute et des parents doivent être cohérents.
C’est pour ces raisons que les parents sont étroitement associés à la thérapie, toutes les 5 séances environ, par une séance dédiée, où peuvent être également échangées des informations essentielles, prodigués des explications ou des conseils éducatifs ponctuels.

Consultation ponctuelle pour les parents

Les problèmes rencontrées avec l’enfant peuvent générer des questionnements légitimes chez les parents. Il m’est possible de proposer un RDV unique ou ponctuel aux parents souhaitant avoir des réponses à leurs questions concernant le développement de leur enfant, le décodage de ses comportements ou des conseils éducatifs.

Thérapie adulte

La thérapie de l’enfant est parfois aussi le moment de reparler de problèmes familiaux ou personnels plus anciens. Sans réactiver des éléments douloureux, il peut être opportun d’accompagner par des techniques thérapeutiques rapides et efficaces ou par un soutien psychologique ponctuel le parent qui en exprime le besoin.

thérapie-par-le-jeu.fr